fr
fr

Tous ambassadeurs de la nature !

Le confinement de plus de la moitié de la population mondiale a conduit la faune sauvage à s’aventurer au plus près de nos habitats, parfois jusqu’au cœur des grandes villes. Des bancs de poissons dans les canaux vénitiens, des canards devant la Comédie-Française à Paris, des dauphins dans le port de Cagliari en Sardaigne, des sangliers dans le centre-ville de Barcelone ou encore un puma aperçu à Santiago du Chili, nous avons tous vu ces vidéos insolites publiées ces derniers jours. Peut-on pour autant en déduire que la nature reprend ses droits alors que les nôtres sont restreints ?  

Bird nest in a car mirror
Nid d’oiseau au creux d’un rétroviseur (droits réservés)

La réalité est plus nuancée. La plupart des espèces ont adapté leur habitat et leurs comportements à l’espace que l’Homme a façonné pour lui-même. Cette faune que nous observons aujourd’hui en milieu urbain avec émerveillement vit souvent à proximité. C’est probablement la faim qui pousse quelques individus à s’aventurer vers les zones moins fréquentées par les humains. Certains vont même jusqu’à s’y installer, à l’instar de cet oiseau qui s’est approprié ce véhicule immobilisé ! Lorsque nous reprendrons nos activités, ils s’éloigneront à nouveau.

Soyons vigilants ! À quelques jours du déconfinement, apprenons à réinvestir les lieux en douceur. Roulons moins vite lors de nos déplacements afin de préserver les animaux qui empruntent nos routes depuis près de deux mois en toute confiance.

Revenons vers la nature avec discrétion et curiosité. Nous rêvons tous d’une escapade en forêt, en montagne ou en bord de mer, de pratiquer à nouveau des activités en plein-air pour nous défouler. Là encore, prenons le temps d’observer notre environnement, d’autant plus si le parcours nous est familier. Pour qui sait être attentif, les indices sont partout. En ville, la pollution sonore a diminué de manière si spectaculaire que les oiseaux communiquent plus facilement, comme l’explique Jérôme Sueur, maître de conférences au Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) dans cet article. Pour la plupart des espèces qui se reproduisent au printemps, cette pandémie mondiale est une bénédiction. La flore sauvage, elle aussi, a sûrement profité du confinement pour se manifester plus abondamment qu’à l’accoutumée. C’est le moment d’aller à sa rencontre et d’apprendre à mieux la connaître.

Observer c’est bien, partager c’est mieux ! 

Grâce aux sciences participatives, nous pouvons tous devenir ambassadeurs de la nature. Le principe est simple : améliorer la connaissance des scientifiques sur la biodiversité par la collecte et le partage de nos observations. Que vous soyez débutant, initié ou expert il existe un programme fait pour vous. Le portail OPEN (Observatoires Participatifs des Espèces et de la Nature) recense toutes les initiatives françaises. En voici quelques unes, parmi nos préférées :

  • L’opération « Confinés mais aux aguets » organisée par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) consiste à observer 10 minutes par jour les oiseaux de votre jardin et à reporter vos observations en suivant le protocole décrit ici,
  • Le « Fish Watch Forum », pour les passionnés de plongée sous-marine, propose de répertorier les poissons marins en Europe et en Méditerranée.

Il y en a bien d’autres. N’hésitez pas à nous faire part de votre expérience et à partager les initiatives qui vous tiennent à cœur.


Cet article vous a plu ? N’hésitez-pas à vous abonner à notre newsletter pour suivre nos publications.

16 Responses
  1. Falta

    Au hasard des incursions au jardin ou aux abords de la maison.
    L’escargot Xerotina Derbantina est arrivé du Caucase en 1949, on ne sait par quel moyen.Il a envahi la Provence mais ses dégâts sont très limités car il a très peu d’appétit. Il se nourrit d’amour et d’eau fraiche !

  2. Christian

    Excellentes observations ! Ce contact avec nos voisins à plume, à quelques dizaines de kilomètres de Paris, nous le vivons au quotidien. Chaque jour nous prenons le temps d’écouter et d’échanger avec une demi douzaine de races d’oiseaux qui occupent les arbres voisins. Avec eux ,on partage les fruits des arbres, l’eau et moucherons et moustiques. Si chez le citadins le contact avec la nature est souvent anecdotique, il est pourtant possible si on prend le temps… pour nous il est essentiel et permanent. A suivre bien sur !!!…

  3. Pif

    Bravo.
    Belle introduction sur les voyages et les travaux d’Acide “el naturalista”. Qui donne surtout envie d’en voir et dans lire plus.
    Merci !

  4. FALTA

    La pandémie, en nous retenant à la maison, a laissé le champ libre aux animaux qui nous craignent d’habitude et qui se sont enhardis à s’approcher des habitations, c’est un fait. Mais peut – être sommes- nous aussi devenus plus attentifs aux signes de leur présence. C’est ainsi que nous avons vu un crapaud calamite dans notre jardin, et revu le beau papillon ” le flambé “, que nous ne voyions plus que très rarement sur les lilas d’Espagne du chemin.
    Toutes les initiatives qui nous incitent à tourner notre regard vers ces “habitants” longtemps ignorés sont les bienvenues!

  5. Stéphanie Estrangin

    J’ai lu que pour certaines (même beaucoup) espèces d’oiseaux, c’est la période de nidation. Comme tu le dis si bien, la nature a repris ces droits alors observons la avec émerveillement puis soyons extrêmement vigilants et respectueux afin d’éviter la perte de beaucoup de jeunes !
    J’adore la photo !
    Hâte de porter le teeshirt !

  6. Nicolas

    Merci pour cette belle initiative! Cela contribue à une autre vision de notre environnement, moins utilitaire…

  7. Adeline Ben

    J’aimerais tellement que cette situation qui est une bénédiction pour la nature et la planète change notre façon de voir et de faire ! je dis bien LA planète car ce n’est pas la nôtre ! Nous devons la partager avec toutes les espèces car nous ne sommes qu’une espèce parmi les autres ! J’aimerais ne plus entendre qu’il faut éradiquer les loups, les ours etc ….. réveillons nous et descendons de notre piédestal ! Je pense qu’il s’agit d’un avertissement de Dame Nature il n’y en aura pas d’autre !
    Merci Domi pour cette belle initiative 💕💕

    1. Fanatura

      Merci Adeline pour ce retour ! Soyons bienveillants envers tous les vivants, en effet, et émerveillons nous de leur beauté !
      By the way, moi c’est Alex ! 😉

    1. Anne Leonard

      Compliments c est très interessant. Je vais regretter pour la nature , la fin de la pandémie

  8. Chloé D.

    Merci à Fanatura de nous connecter encore un peu + à la nature 🐠🦟🦅! Hâte de voir la suite …

    1. Lafb

      Espérons que le confinement nous amène à considerer un nouveau paradigme plus respectueux de la nature…

Leave a Reply

The maximum upload file size: 128 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive, code, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded.